Professionnels de soins bucco-dentaires portant un masque de protection respiratoire 3M™

Donner la priorité à la santé et au bien-être des professionnels de soins bucco-dentaires et des patients

Informations destinées à aider les professionnels de soins bucco-dentaires et à prévenir les infections pendant la pandémie de COVID-19.

Informations de soutien aux professionnels de soins bucco-dentaires concernant la pandémie COVID-19

  • 3M répond à l'évolution rapide de l'épidémie de COVID-19 en fournissant des fournitures, là où elles sont le plus nécessaires. Partout dans le monde, nous travaillons avec les clients du secteur de la santé, les gouvernements et les responsables médicaux pour aider à fournir des produits essentiels. 3M a augmenté la production dans ses installations de fabrication mondiales, notamment aux États-Unis, en Asie-Pacifique, en Europe et en Amérique latine.

    Le choix du bon équipement de protection individuelle (EPI) est essentiel pour protéger à la fois les professionnels de soins bucco-dentaires et les patients dans les situations de contamination à haut risque.

    Vous trouverez ci-dessous une liste des questions les plus fréquemment posées avec des réponses et des liens pour vous orienter vers plus d'informations.

FAQ sur les équipements de protection individuelle (EPI) pour les professionnels de soins bucco-dentaires

  • Non, les masques dentaires ont des niveaux de résistance aux fluides différents selon le matériau dont ils sont faits.
    Il est important de lire les spécifications pour déterminer quel type est adapté aux procédures de soins bucco-dentaires.
    En plus de protéger les patients des particules expulsées par le porteur, les masques résistants aux fluides constituent une barrière qui empêche la salive ou les éclaboussures de sang d'atteindre la bouche et le nez du porteur.

  • Selon les précautions standard de contrôle des infections du CDC, les professionnels des soins dentaires doivent porter un équipement de protection individuelle approprié, y compris des masques, lorsque des éclaboussures ou des pulvérisations de sang et de fluides corporels sont probables.

    Lors du choix d'un masque, un professionnel de la santé doit tenir compte de l'ajustement, de la résistance aux fluides, de la capacité de filtration et de la respirabilité.

    Selon le document du CDC intitulé Interim Infection Prevention and Control Guidance for Dental Settings During the COVID-19 Response, le personnel de soins dentaires doit choisir le plus haut niveau d'équipements de protection individuelle (EPI) disponible.

    Pour de plus amples informations, veuillez consulter le site :

  • Les masques chirurgicaux/médicaux sont conçus pour réduire le risque que de grosses particules expulsées par le porteur - telles que la salive et le mucus - n'atteignent les patients.

    En Europe, les exigences et les méthodes d'essai pour les masques chirurgicaux sont spécifiées dans la norme EN 14683:2019+AC:2019 pour les masques médicaux (masques chirurgicaux). Les masques chirurgicaux sont marqués CE en tant que dispositifs médicaux de classe I conformément au règlement européen sur les dispositifs médicaux.

    Conformément à la norme, les masques chirurgicaux doivent être testés pour :

    • l'efficacité de la filtration bactérienne (BFE) qui est testée in vitro
    • la respirabilité
    • la résistance aux éclaboussures (facultatif)
    • la propreté microbienne
    • la biocompatibilité

    Sur la base des résultats des tests BFE, les masques sont divisés en deux types.

    • Les masques de type I ont une efficacité supérieure de filtration bactérienne de 95 %,
    • les masques dits de type II doivent avoir une efficacité supérieure de filtration bactérienne de 98 %.

    Dans la norme, il est également mentionné que les masques chirurgicaux de type I ne doivent être utilisés que pour les patients et autres personnes afin de réduire le risque de propagation de l'infection, en particulier, dans les situations épidémiques ou pandémiques. Selon la norme, les masques de type I NE sont PAS destinés à être utilisés par les professionnels de la santé dans les salles d'opération ou les établissements médicaux ayant des exigences similaires, mais sont plutôt destinés à être utilisés par les patients et d'autres personnes pour réduire la propagation de l'infection.

    Selon la norme, les masques de type II (par exemple les masques avec un BFE minimum de 98 %) peuvent être testés et classés comme résistants aux éclaboussures. La résistance aux éclaboussures est indiquée par la lettre "R" majuscule. Cela signifie que les masques chirurgicaux de type IIR sont des masques résistants aux éclaboussures avec un BFE minimum de 98 %.

    Les masques sont souvent mal ajustés, laissant de grands espaces entre le masque et le visage. Vérifiez les spécifications du masque pour identifier le niveau de résistance aux fluides.

    Les masques de protection respiratoire sont conçus pour réduire l'exposition du porteur aux risques liés aux particules en suspension dans l'air. Les masques de protection respiratoire doivent également faire l'objet d'un test d'ajustement et d'une vérification de l'étanchéité de l'utilisateur.

    En Europe, les masques de protection respiratoire sont testés conformément à la norme d'essai EN 149 : 2001+A1:2009.

    Lorsque les masques de protection respiratoire sont testés conformément à la norme EN 149, on mesure la "fuite totale vers l'intérieur" (FTI) de l'appareil. La FTI est définie comme la somme de:

    • l'efficacité du filtre,
    • l'efficacité du joint entre le masque et la peau du visage du porteur (joint facial)
    • la performance d'une soupape d'expiration existante (si elle est installée).

    Sur la base des résultats des tests, les masques de protection respiratoire sont divisés en 3 catégories : FFP1, FFP2 ou FFP3. (FFP signifie Filtering Face Piece). Les critères de performance minimum pour la FTI sont:

    • Les masques de protection respiratoire FFP1 doivent avoir une FTI ne dépassant pas 22 %.
    • Les masques de protection respiratoire FFP2 doivent avoir une FTI ne dépassant pas 8 %.
    • Les masques de protection respiratoire FFP3 doivent avoir une FTI ne dépassant pas 2 %.

    Différences entre les masques chirurgicaux et les masques de protection respiratoire en résumé ;

    • Les masques chirurgicaux ne sont PAS conçus et développés pour protéger le porteur du masque contre les risques biologiques dans l'air. Les masques de protection respiratoire sont destinés à protéger le porteur contre les risques biologiques aériens et respirables
    • Les masques chirurgicaux peuvent protéger un patient ou l'environnement contre l'inhalation de particules potentiellement contagieuses.
    • Un filtre qui a perdu la charge électrostatique sera moins efficace pour filtrer certaines particules de l'air.
    • La propreté microbienne (biocontamination), la respirabilité et l'EBA sont des exigences importantes pour les masques chirurgicaux
    • Les masques chirurgicaux TYPE IIR n'offrent PAS de protection respiratoire
    • Les masques chirurgicaux de TYPE I, conformes à la norme EN14683, sont destinés à être utilisés par les patients et d'autres personnes pour réduire le risque de propagation des infections, en particulier dans les situations épidémiques ou pandémiques.
    • Sur la base de la fuite totale vers l'intérieur et de l'efficacité de filtration, les masques de protection respiratoire sont classés en FFP1, FFP2 et FFP3

    Pour de plus amples informations, veuillez consulter le site :

    masques de protection respiratoire et masques chirurgicaux : une comparaison - Bulletin technique (PDF, 309 KB)

  • Différences entre EN149 et N95

    Les protocoles d'essai et les systèmes de classification les plus importants pour les masques de protection respiratoire sont la norme d'essai (européenne) EN149 et le protocole d'essai (américain) N95.

    • EN149 et N95
    • Les masques de protection respiratoire qui sont vendus sur le marché européen doivent porter un marquage CE. La marque CE pour un masque de protection respiratoire existe en fait sous la forme de quatre composants qui doivent être imprimés sur chaque produit individuel ainsi que sur l'emballage du produit. Ces quatre composants sont les suivants :

      1. La marque CE
      2. La norme d'essai (EN149)
      3. La classe FFP (FFP1, 2 ou 3)
      4. Le numéro d'identification à 4 chiffres de l'organisme notifié

    La norme N95

    Le National Institute for Occupational Safety and Health (NIOSH) est l'organisme américain chargé de tester et de certifier les masques respiratoires filtrants (FFR). En fonction des résultats des tests, ils classent les masques de protection respiratoire en 9 catégories. Qui sont:

    • N95, N99, N100
    • P95, P99, P100
    • R95, R99, R100

    Les chiffres de la classification NIOSH indiquent l'efficacité minimale du filtre

    N signifie "Non résistant à l'huile" (utilisable dans les établissements de santé)

    R pour Résistant au pétrole.

    P pour oil Proof.

  • Les masques de protection respiratoire standard et chirurgicaux FFP2 sont tous deux conçus pour aider à réduire l'exposition du porteur aux dangers des particules en suspension dans l'air.

    Les masques de protection respiratoire FFP2 sont généralement utilisés dans les milieux industriels et ne sont pas considérés comme résistants aux fluides, tandis que les masques de protection respiratoire chirurgicaux N95 sont résistants aux fluides et généralement utilisés dans les milieux de soins de santé.

    Pour de plus amples informations, veuillez consulter le site :

  • Test d'aptitude

    • Conduite par un testeur d'aptitude qualifié.
    • Vérifie que le masque de protection respiratoire peut s'adapter de manière acceptable au visage du porteur.
    • Il doit être effectué chaque année ou, plus souvent, si le visage du porteur change d'une manière qui pourrait avoir un impact sur l'ajustement.

    Contrôle de l'ajustement du masque de l'utilisateur

    • Effectué par le porteur à chaque fois que le masque de protection respiratoire est porté.
    • Confirme que le masque de protection respiratoire est porté correctement et qu'il est étanche au niveau du visage.

  • Les masques médicaux et les masques de protection respiratoire sont conçus et réglementés comme des dispositifs à usage unique. Cependant, les fournitures de tous sont devenues limitées en raison de la pandémie COVID-19.

    Le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies a publié dans son "Rapport technique de mars 2020" des conseils sur la manière de faire face à une éventuelle pénurie d'EPI.

    On peut lire à la page 2 de ce rapport :

    • L'utilisation d'EPI pour les différentes procédures à effectuer doit être envisagée en fonction d'une évaluation des risques au cas par cas
    • Les professionnels de la santé qui effectuent la première évaluation sans contact direct. Le patient doit porter un masque chirurgical et garder une distance d'au moins 1 mètre.
      Si possible, une barrière physique telle que du verre ou une fenêtre de guichet en plastique peut être utilisée pour éviter le contact direct et maintenir la distance. Dans ce cas, aucun EPI n'est nécessaire.
    • Si disponible, fournir un masque chirurgical pour les patients présentant des symptômes respiratoires (par exemple, la toux)
    • Les professionnels de santé effectuant des procédures génératrices d'aérosols (AGP), telles que les écouvillonnages, doivent porter l'ensemble des EPI suggérés pour la transmission par gouttelettes, par contact et par voie aérienne (gants, lunettes, blouse et respirateur FFP2/FFP3)
    • En cas de pénurie de masques de protection respiratoire FFP2/FFP3, les professionnels de la santé effectuant des procédures en contact direct avec un cas suspecté ou confirmé (mais ne risquant pas de générer un aérosol) peuvent envisager de porter un masque avec le plus haut niveau de filtration disponible, tel qu'un masque chirurgical, en plus de gants, de lunettes et d'une blouse.
    • Afin de maximiser l'utilisation des EPI en cas d'accès insuffisant aux stocks de matériel d'EPI, le personnel doit être affecté à l'exécution de procédures ou d'une procédure, dans des zones désignées. Par exemple, affecter du personnel aux procédures d'écouvillonnage dans une zone réservée à cet effet.
    • Lors de l'écouvillonnage des patients, le personnel de santé peut utiliser le même masque de protection respiratoire pour plusieurs patients pendant un maximum de 4 heures sans avoir à retirer le masque de protection respiratoire, tant qu'il n'est pas endommagé ou souillé, sauf si le fabricant le déconseille explicitement.

    Pour de plus amples informations, veuillez consulter le site :

  • 3M collabore avec plusieurs sociétés et institutions de stérilisation qui étudient les moyens de décontaminer les masques de protection respiratoire en toute sécurité dans les hôpitaux.
    À cet effet, 3M s'est engagée à tester les masques de protection respiratoire 3M en ce qui concerne l'effet des processus de décontamination sur l'ajustement et la performance de filtration.

    Nous sommes en train de tester les masques de protection respiratoire 3M™ qui sont traités par plusieurs sociétés et institutions de stérilisation.
    Nous prévoyons que des informations supplémentaires seront disponibles à mesure que ce travail sera achevé et examiné avec les organismes de réglementation.

    Les informations actuelles étayent les conclusions suivantes pour tous les masques de protection respiratoire filtrants de 3M™ en particulier :

    • 3M ne recommande pas l'utilisation de l'oxyde d'éthylène en raison des préoccupations importantes liées au dégagement gazeux.
    • 3M ne recommande pas l'utilisation de rayonnements ionisants en raison de la dégradation des performances des filtres.
    • 3M ne recommande pas l'utilisation de micro-ondes en raison de la fusion du masque de protection respiratoire à proximité des composants métalliques, ce qui compromet l'ajustement.
    • 3M ne recommande pas l'utilisation de la haute température, de l'autoclave ou de la vapeur en raison de la dégradation importante du filtre.

    Pour de plus amples informations, veuillez consulter le site:

Vous ne trouvez pas ce que vous cherchez ? Contactez-nous.

Accédez aux dernières nouvelles et mises à jour sur COVID-19

3M 1084 - Mai 2020
Envoyez-nous un message Service à la clientèle dentaire: 02-5885820 Service à la clientèle dentaire: 02-5885820 Service à la clientèle orthodontie: 02-8080529 Service à la clientèle orthodontie: 02-8080529 3M Oral Care, Diegem
Suivez-nous
Changer de site
Belgique - Français | Nederlands